Unsere Website verwendet Cookies, die uns helfen, unsere Website zu verbessern, einen bestmöglichen Service zu bieten und ein optimales Kundenerlebnis zu ermöglichen. Indem Sie auf Akzeptieren klicken, erklären Sie sich damit einverstanden, dass Ihre Cookies für diesen Zweck verwendet werden 
» Mehr über Cookies erfahren Sie in unserer Datenschutzerklärung

Schloss Layen

Résident sur la rive droite du Rhin, le Baron de Dalberg parvint à protéger le château Leyen des attaques des armées révolutionnaires francaises. Le 11 septembre 1802, il vend sa propriétèe à Johann Peter Diel.

L´histoire de Burg Layen

Les ruines du château fort de Burg Layen se trouvent à flanc de rocher dans la vallée du ruisseau Trollbach. Ruisseau affluent de la rivière Nahe juste avant que celle-ci ne se jette dans le Rhin. Les origines de l´édifice se perdent dans l histoire. Les premiers écrits parlent alors du nom latin „Veste Laiga”, mais le château lui même semble avoir été construit au 13ème siècle.
La possession du château a alors été revendiquée aussi bien par les différents Comtes rhénans qui exerçaient leur pouvoir sur la rive droite du Rhin, dans la région Rheingau, que par les Seigneurs von Bolanden, originaires de la région de Donnersberg et bien ancrés dans la Nahe du fait de leurs vastes Domaines.

A partir de l250, les Seigneurs von Bolanden ont la jouissance officielle du château Layen et le transmettront par héritage quelques 100 ans plus tard aux Comtes von Sponheim-Tannenfels. En l393, l´édifice se voit transmis par succession aux  Comtes puis Princes von Nassau-Saarbrücken à savoir Nassau-Weilburg. Ils en resteront propriétaires jusqu’ en 1796, année de la dépossession par les révolutionnaires français.

 

 

Les nobles propriétaires, eux-mêmes, ne séjournaient pas au Château. Ils transmirent alors leurs droits en fief à des vassaux. Ceux-ci y résidaient, et jouissaient  du pouvoir sur le village de Rümmelsheim, transmis par les propriétaires. A ce pouvoir s´ajoutaient les droits sur les habitants et surtout le recouvrement de taxes et autres redevances.

Chaque individu appartenant à ces familles était automatiquement inscrit en tant que successeur. Au Moyen-Age vivaient donc plusieurs de ces descendants officiels au Château de Burg-Layen. Ils se partageaient alors l´autorité sur le château, la population et le village de Rümmelsheim en parts définies, a savoir la plupart du temps 25% chacun.

Les dits „actionnaires“ des familles réglaient leur vie commune par un traité commun appelé la paix du Château. Il existe même des rapports ou documents officiels rapportant que des nobles non-concernés par la vie au Château, tels Franz von Sickingen ou encore Wigand von Dienheim, Irrungen et Streitig-keiten  firent office d´arbitre à l´occasion, pour régler les différends entre les ayant-droits.

Comme il allait de soi au Moyen-Age,  quelques chevaliers du Château Layen furent engagés dans différentes guerres ou batailles. A titre d´exemple, 3 frères conclurent en 1450 une paix avec les frères cisterciens du monastère Eberbach dans le Rheingau ; ou encore en 1493, 7 chevaliers, occupants du Château, s engagèrent pour 20 années à n´entrer en guerre que si la sécurité propre du château était en cause.

Le Château Layen aurait soi-disant aussi été un repère de brigands. Cette supposition n’est nullement documentée par des écrits. A l´ inverse, lorsque l´on se penche sur les contrats de 1400 entre les occupants de la collectivité du château et l Archevêque de Mayence, on constate que le Château servait de base militaire de repli dans le cas d´une attaque armée a l´ encontre de l´Archevêché.

 

En 1499,  Ulrich Ullner von Dieburg acheta à  Paul von Leyen, 13 acres de terre sur les communes de Rümmelsheim et Sarmsheim  et devint ainsi propriétaire terrien dans le voisinage du Château. Deux ans plus tard,  Ulrich obtint de son cousin  Hartmann von Albig les pleins pouvoirs concernant ses parts du château ainsi que l´usage des granges et autres parties. Ces parts furent alors définies en 1508 par le seigneur du château, le Comte von Nassau-Saarbrücken, comme héritage officiel pour les descendants d Ulrich. De ce fait, la famille Ullner von Dieburg devint actionnaire à part entière de la collectivité du château.

 A partir de 1500, il n´existe plus de témoignages écrits concernant les pactes de paix du château entre les habitants de la collectivité. Une des raisons pourrait résider dans le fait, qu´à partir de cette époque, plus aucune famille noble n´a établi ses quartiers au château. Il s agit de la période suivant la guerre de 30 ans (l6l8-l648), qui a laissé le château dans un état de ruine avancée comme en témoigne un texte daté de 1678.

 

 

Presque un siècle plus tard, en 1771, un intendant des princes de Nassau prénommé Falck rapporte que le Château comprend des murs, des tours de guet, un donjon et des douves. L´ancienne bâtisse était encore existante et à l´intérieur du mur d´enceinte se trouvaient 3 parties bien séparées. L´une   appartenait à la famille Ullner von Dieburg, l´autre à celle de Weyhers-Leyen originaire de Mayence et la troisième à celle des Fürstenwärther de Meisenheim.

 

La partie revenant à la famille Ullner haute de 3 étages, les 2 premiers en pierre et le dernier en bois, se trouvait à gauche de l´entrée principale. L extérieur du bâtiment était en très bon état, ce qui était loin d être le cas pour l´intérieur,  occupé par des locataires. A côté, on pouvait trouver la propriété de la famille Fürsten-Wärther, qui selon les dires de Falck, était une véritable honte, habitée  par quelques 25 familles: 

„Un tas de vermine pillant la collectivité alentour. De la fumée sort par tous les trous et des brigands vivaient jusque dans la cave”

Le troisième bâtiment appartenant à la famille des Weyhers-Leyen était malheureusement dans le même état que celui des Fürstenwärther. En face du pont levis, se trouvaient aussi les diverses dépendances bien séparées avec, pour chaque famille, une cour distincte. Les communs de la famille Ullner von Dieburg comprenaient 2 granges, une étable et une maison d´habitation dont le rez-de-chaussée était de pierre et l´étage de bois.  Un mur clôturait le tout. En plus du fief de Rümmelsheim, ces familles nobles jouissaient de biens fonciers limitrophes à Burg Layen: champs, vignes, prés et forêts qu’ils n´exploitaient pas eux-mêmes mais les donnaient en fermage à des habitants du village moyennant une somme monétaire ou un don en nature. Le paiement s´effectuait tous les ans à la Saint Martin.

Suite à l´octroi en 1545 par le comte Palatin d´un autre fief de 84 acres (21 hectares) sur  les communes de Rümmelsheim, Sarmsheim et Genheim , la famille Ullner von Dieburg devint l´une  des  plus grandes propriétaires des alentours du château. Un an plus tard (1546), cette propriété s´accroit suite à une donation de la part de la famille Falkenstein. Donation de près de 14 hectares en propriétés sur Rümmelsheim et Dorsheim. En 1573, les Ullner von Dieburg se voient même cités en tant que coseigneurs à hauteur d´un quart de la commune de Rümmelsheim et ce jusqu’ à ce que la lignée s éteigne en 1771.

En 1770, suite à son mariage avec Elisabetha Augusta Freiin Ullner von Dieburg, le baron Wolfgang Heribert von Dalberg (l750-l806) entre en possession de parts sur le château de Burg Layen. Entre 1792 et  l796 l´armée révolutionnaire française s´empare de toute la rive gauche allemande du Rhin et les intègre à leur nation. Durant cette période, l´Eglise et la Noblesse perdent tous leurs privilèges qui furent confisqués sans aucun dédommagement.

Malgré tout, le Baron de Dalberg, qui avait trouvé refuge sur la rive droite du Rhin à hauteur de Mannheim, parvient à faire annuler la confiscation de son Château de Layen. Il doit certainement cela à ses bonnes relations avec son frère Karl Theodor von Dalberg, Évêque et Prince Electeur de Mayence mais surtout ami reconnu des français.

Le 11 septembre 1802 est signé l´acte de vente du Château entre le Baron Wolfgang Heribert de Dalberg et Johann Peter Diel. Document rédigé en français, en présence du notaire Potthoff à Bad-Kreuznach. Depuis cette date, le château est la propriété de la famille Diel.

Dazu gehörte die Gerichtsbarkeit über die Einwohner und die Einziehung von Steuern und Abgaben.

 

 

Jede in ungeteilter Gemeinschaft lebende adlige Familie wurde als Ganerbschaft bezeichnet. Im Schloss Layen wohnten im Mittelalter mehrere solcher Ganerbschaften zusammen, von denen jede einen bestimmten Anteil, meistens ein Viertel, am Schloss und an der Herrschaft über Rümmelsheim besaß.


Die Anteileigner der einzelnen Familien, die Gemeiner, regelten das Zusammenleben unter sich in einer Vereinbarung, die als Burgfrieden bezeichnet wurde. Aus Urkunden und Berichten geht hervor, dass  gelegentlich unbeteiligte Adlige, wie etwa Franz von Sickingen oder Wigand von Dienheim, Irrungen und Streitigkeiten zwischen den Gemeinern von Schloss Layen schlichten mussten.

Wie im Mittelalter allgemein üblich, waren auch Ritter aus der Burg Layen in Fehden und Kriege verwickelt. So schlossen im Jahre l450 drei Brüder von Layen Frieden mit dem Zisterzienser-Kloster Eberbach im Rheingau. Im Jahre  l493 verpflichteten sich sieben im Schloss Layen wohnende Ritter,  in den nächsten zwanzig Jahren nur in eigenen Angelegenheiten aus der Burg heraus eine Fehde zu führen.

 

 

Le blason

Le double Blason des Diel, sculpté au creux d´ une niche sur la façade principale, s´offre à la vue des visiteurs dès leur arrivée au Domaine. Présenté tout en relief, ce blason se trouve dans un cadre de grès, serti d´entrelacs gothiques.

L´histoire du blason

L´ensemble est représentatif des rares cas, pour lesquels des époux décident de marier leurs armes en les juxtaposant. Les règles héraldiques imposent que le blason de Monsieur se trouve sur la droite.  Les armoiries masculines sont représentées par un château doré, doté de trois tourelles, une porte et  une herse, sur fond argenté. Sur le coté gauche, deux sceptres dorés croisés au bout desquels sont représentées des fleurs de Lys incarnant le blason de Madame.  L´ensemble se trouve encadré par des formes gothiques qui séparent le tout en trois parties.


 

Le château et ses trois tourelles proviennent de la famille Ullner von Dieburg de la région de la Hesse. Représenté pour la première fois en 1169, ce château fort entouré de douves se trouvait dans les faubourgs de Dieburg. En l´ année 1499, Ulrich Ullner von Dieburg acquiert 13 acres sur la commune de Burg Leyen. Dès 1501 Hartmann von Albig offre à ce même Ulrich ses parts du Château.

Ce don se transforme en 1508 sous l´égide du comte de Nassau-Saarbrücken en héritage pour Ulrich et ses descendants.  De ce fait, les  Ullner von Dieburg sont devenus d´importants propriétaires du château de Burg Leyen.

 En 1536, Philippus Ullner von Dieburg épouse Catharina von Venningen, fille d´ Hyppolite von Venningen. Les époux décident de joindre leurs blasons. Tout comme l´ acte matrimonial, les deux armoiries se lient et forment un nouveau blason. Les lys rappellent les origines badoises de la famille von Venningen. L´arbre généalogique de la famille remonte à Diether von Venningen, Chevalier et Maréchal du palais de la cour Palatine.

Le11 septembre 1802,  Johann Peter Diel acquiert du Baron Wolfgang Heribert von Dalberg le château Layen ainsi que les vignes et autres terres attenantes. Comme le veut la tradition des précédents propriétaires nobles, la famille Diel conserve les armoiries comme armes du château Layen. Apres 6 générations,  ce double blason reste le symbole de la continuité de la Famille Diel à la tête du Domaine.